La Toyota Supra 2019 dévoilée (enfin) à Genève ?

Le coupé nippon qui concurrençait Nissan Skyline et autres Honda NSX va revenir sur le marché pour une cinquième génération. Après l’arrêt de sa production en 2002, l’attente devient interminable pour les adeptes de la Toyota Supra.

Elle fût découverte sur les routes pour la première fois en 1979. Depuis, elle est devenue une icône. Remplaçante mémorable de la Toyota 2000 GT de la fin des années 60. La Supra est connue jusqu’aux plus jeunes générations d’adeptes de voitures sportives. De par des films : à l’exemple de Fast And Furious, ou encore de jeux vidéos, tel que Need For Speed. Ce coupé qui fût produit jusqu’en 2002, s’est développée sous quatre générations, dont la dernière s’était vendue à plus de 45 000 exemplaires (30 000 au Japon). Mais en 2017, l’actualité du modèle a ressuscité dans des images de prototypes de développement. Selon un article du journal Auto Express, la voiture pourrait faire ses débuts au prochain salon de Genève, en mars prochain.

Co-production avec BMW

Après Détroit, les regards passionnés se tournent vers Genève. Depuis plusieurs mois, la nouvelle de l’arrivée d’une cinquième génération de Toyota Supra fait beaucoup spéculer, et chaque ouverture de salon automobile marque une certaine espérance pour voir dévoilé le nouveau coupé de la marque nippone. Mais depuis l’ouverture du salon de Tokyo et la présentation d’un concept d’hypercar hybride aux allures d’LMP1, les choses s’accélèrent.

Nous avions pu apprendre que “le nouveau coupé Toyota Supra 2019 sera construit aux côtés de la prochaine génération de BMW Z4” indiquait le média Car Magazine ce vendredi 12 janvier. Moins flagrant que sur le partenariat Toyota GT86 et Subaru BRZ dont la similitude était notable, les prochaines Supra et Z4 devraient partager la même plateforme ainsi que de nombreuses pièces, bien que seul le coupé allemand serait décliné en version cabriolet. Obstruction faite du concept GR Super Sport – qui annonce l’arrivée d’une hypercar hybride aux airs de Mercedes-AMG Project One et autres Aston Martin Valkyrie –la branche sportive de Toyota appelée Gazoo Racing devrait se charger de la production de la Supra, dont la motorisation pourrait elle aussi se retrouver hybride, indiquait le média britannique. Il pourrait ainsi s’agir de quatre et six cylindres produits par BMW, mais avec lesquels le moteur électrique serait tiré de l’expertise Gazoo Racing, après ses multiples années en championnat d’endurance WEC.

Essayer de ne pas décevoir

Dans un marché de niche pour les marques automobiles, l’économie d’échelle est devenue un gage de sécurité – presque indispensable – pour pouvoir produire un modèle sportif sans trop dépenser, voire perdre de l’argent pendant sa production. Mais l’image pour la marque ne peut être qu’embellie. Et Toyota semble l’avoir bien compris. Pourtant, le défi, ou plutôt le risque est présent : l’image d’une icône ne doit pas décevoir. Et plus de 15 ans après la dernière commercialisation du modèle, les technologies ont changé, mais la philosophie du modèle devra être conservée.

C’est en tout cas ce que semble prévoir Toyota. Bien qu’une boîte manuelle ne soit pas dans les cartons du projet, la répartition du poids équilibrée sur le coupé et la volonté que ce dernier conserve la ligne et l’esprit Supra retiennent l’attention des passionnés. Selon les dernières informations recensées, quatre versions du modèle devraient sortir : à savoir des livrées baptisées Supra, Supra GR, Supra GR Sport et Supra GRMN. Enfin, il ne serait pas interdit que le nom de “Supra ne soit pas reconduit”, appuyait l’idée le média Car Magazine. Non pas pour une appellation inédite, mais plutôt pour s’accaparer du sigle GT-1, en hommage au modèle de compétition de Toyota appelé GT-One.

Quel en sera le prix ?

Si l’info de voir présentée la nouvelle Supra au salon de Genève, il devrait tout de même falloir attendre 2019 avant de la voir commercialisée. Sans information officielle ou venant de réelles sources internes au constructeur, il est délicat de fournir d’éventuelles informations supplémentaires. Néanmoins, à en croire nos confrères et consœurs britanniques suite à l’hybridation du modèle, il faudrait s’attendre à voir les tarifs de la Supra V s’échelonner aux alentours de 60.000 euros. La production du modèle s’effectuera sur les chaînes d’assemblages de la société Magna Steyr, en Autriche.


Via Car Magazine, Auto Express, Jalopnik, Toyota

Illustrations Auto Evolution, Marco van Overbeeke, SupraMKV

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *