De nouveaux défis pour Tesla…

Alors que la marque américaine affiche des difficultés importantes pour honorer les commandes de sa berline Model 3, son patron Elon Musk continue sur sa lancée avec de nouvelles ambitions : un tracteur de semi-remorque électrique et, plus surprenant, un roadster qui n’était pas vraiment au programme…

Tesla l’avait annoncé, après l’avoir reporté une première fois, la présentation de son tracteur de semi-remorque électrique aurait lieu ce vendredi 16 novembre. Et c’est effectivement la date de révélation du Tesla Semi Truck, un camion électrique proposant 800 km d’autonomie, un 0 à 100 km/ en moins de 20 secondes lorsqu’il est chargé, ou encore une garantie sur plus d’un million de km. Mais sa présentation a été quelque peu éclipsée par un autre modèle…

Le roadster qui attire les projecteurs sur lui

En effet, lors de la présentation à la presse, la marque a surpris avec un autre concept, qui n’était pas vraiment prévu pour tout de suite : un nouveau roadster. Nouveau ? Eh oui, on a tendance à l’oublier mais le premier véritable modèle de Tesla était un roadster sur base de Lotus Elise.

La première véritable Tesla commercialisée était ce petit roadster basé sur la Lotus Elise, en 2008. – Photo Tesla

Ce roadster nouvelle génération a donc un peu volé la vedette au camion, aux lignes moins sexy il faut bien l’avouer. Et ce ne sont pas ses performances de haute volée qui vont arranger les choses : un phénoménal 0 à 100 km/h en 1,9 s qui a affolé la toile, tout comme la vitesse maxi de plus de 400 km/h et l’autonomie annoncée à 1000 km.

Avec ses lignes racées, on croirait presque à un coupé deux-places, mais c’est bien un roadster 2+2, avec un toit escamotable. On retrouve l’identité de la marque, avec une face avant sans calandre, un large diffuseur arrière surmonté d’un petit aileron mobile. De profil, on retrouve une architecture proche de la Mazda MX-5 RF avec le côté Targa/Fastback. Enfin, à l’intérieur, un design épuré comme toujours chez l’américain, avec cette fois-ci un volant qui évoque l’univers de la F1, et des sièges baquets. Pour les amateurs de techno, le grand écran format portrait répond toujours présent.

Prévue pour 2020, la Tesla Roadster 2 sera proposée aux alentours de 200 000 $, soit environ 170 000 €. Mais les plus impatients peuvent déjà la précommander avec un acompte de 50 000 $ (42 000 €). Enfin, une série spéciale de lancement prévue à 1 000 exemplaires peut aussi être commandée dès maintenant pour 250 000 $ (ou 212 000 €).

Un défi technique

Mais une inconnue demeure : la marque réussira-t-elle à suivre ses ambitions ? Rien n’est moins sûr, il suffit d’ailleurs de regarder les retards de productions de la Model 3, et les pertes importantes de la marque sur chaque modèle produit, même si 2017 est annoncée comme la meilleure pour la société. Espérons donc que Tesla pourra continuer sur sa belle lancée et nous proposer ce roadster !