Découverte : la préparation des 2CV Cochonou pour le Tour de France

Dans moins d’un mois, le Tour de France s’élancera comme chaque année au début du mois de juillet, pour trois semaines de montées de cols, de contre-la-montre et de tête de peloton… Mais pourquoi parler de cyclisme sur Actu Auto France ? Vous n’avez pas une petite idée, vraiment ? C’est pourtant simple ! Cette année, on fête les vingt ans de l’engagement de Cochonou, la célèbre marque de saucissons bien français, et par extension de sa caravane uniquement composée de 2CV. Il y a quelques semaines, nous sommes donc allés à la rencontre de l’équipe qui s’occupe de la préparation des véhicules… Car pour les 2CV aussi, le Tour est une épreuve !

Gare de Biarritz, 11h. Je descends de mon train, parti très (trop ?) tôt de Paris ce matin. Mais la passion l’a emporté sur la raison et me voilà souriant lorsque j’arrive sur le parking et que je vois l’objet de ma venue dans le Sud-Ouest. Plusieurs belles Citroën 2CV nous attendent, rutilantes avec leur déco Vichy rouge unique. Garées près de la route en file indienne, elles attirent déjà l’oeil des passants avec leurs gros logos Cochonou sur les portières. D’ailleurs, ils ne manquent pas de nous le signaler à grand renfort de Klaxons et autres pouces levés. Après l’accueil et l’explication rapide du programme, c’est l’heure du départ pour une journée découverte. Sacs jetés dans le coffre, on s’installe à bord et c’est parti ! Démarrage au quart de tour pour la belle berline dans laquelle je me trouve, et le bruit du bicylindre envahit déjà l’habitacle.

Tour de reconnaissance : Saint-Pée – Espelette

Première étape de « notre » Tour, Saint-Pée-sur-Nivelle et son terrain de pelote basque face à la mairie. Pourquoi ce lieu ? C’est le maire de la commune, Pierre-Marie Nousbaum, qui nous l’expliquera, très fier. Et il peut ! En effet, après 12 ans sans passer par le Pays Basque, le Tour de France revient au pays du piment d’Espelette. Et le départ du contre-la-montre sera d’ailleurs donné à l’endroit même où nous sommes, face à la mairie de Saint-Pée. Les coureurs s’élanceront devant le fronton pour 31 km jusqu’à la ville d’Espelette, où nous nous rendons en convoi après un rapide pique-nique sur le capot des 2CV, à la bonne franquette !

Empruntant le même parcours que les cyclistes dans quelques semaines, nous profitons du paysage dans les véhicules de la caravane. Au nombre de sept, ils sont plutôt variés : une « charcutière » qui est un véritable stand sur roues, trois berlines « classiques » pour distribuer les goodies, deux camionnettes « d’assistance » pour transporter les pièces mécaniques en cas de besoin et une limousine pour les invités de la marque. De tous les véhicules que nous avons expérimenté ce jour-là, cette dernière retient bien sûr l’attention. Rallongée de 1m environ, elle propose aux passagers beaucoup d’espace aux jambes, dans un confort royal. Avec le soleil, nous décidons d’en profiter pour ouvrir la capote en toile et faire quelques photos. Heureusement, une barre de maintien façon voiture présidentielle est présente pour s’accrocher quand la Deuche penche dans les nombreux virages de la région.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après un arrêt express à Espelette pour changer de monture, c’est reparti sur les petites routes du Sud-Ouest. On en profite pour discuter avec les conducteurs et conductrices, qui font tous partie du Vintage Car Club. Stéphane, l’initiateur du projet avec Romuald, nous raconte le choix du véhicule. « On avait pour objectif de trouver une voiture authentique et populaire en France, donc on a longtemps hésité entre la 4L et la Deuche« . Finalement, c’est la petite Citroën qui l’a emporté avec son minois inimitable et son réseau de passionné très utile pendant le Tour. « Souvent, même si on emporte un max de pièces dans les camionnettes, il nous en manque une ou deux pour réparer un des véhicules. Mais grâce à la solidarité qu’il y a entre les Deuchistes qui ont des clubs un peu partout en France, on se débrouille ! D’ailleurs, les 2CV ont toujours fini le tour !«  lance avec fierté « Cracotte« , un des mécanos de l’équipe. En 20 ans, les 7 Deuches de la caravane Cochonou ont d’ailleurs parcouru 67 000 km !

Direction l’atelier Vintage Car Club

Après cette bonne balade, direction Saint-Vincent-de-Tyrosse, où se trouve l’atelier de préparation des 2CV. En arrivant sur place, on ne s’y trompe pas. Nous sommes bien dans un atelier de passionnés de Deuche. Sur le parking, un magnifique modèle gris mat à capote rouge, une camionnette bleue impeccable, et à l’intérieur du garage on trouve pêle-mêle une Méhari verte, une 2CV Charleston ou encore une C4 des années 1930. Car ici, on ne prépare pas que les véhicules de la caravane Cochonou. Tous les membres du club sont des passionnés qui travaillent toute l’année, que ce soit sur leur véhicule perso, sur les Deuches du Tour ou bien sur celles d’autres membres du club. Certains sont là à l’année, d’autres travaillent à l’autre bout de la France mais reviennent chaque année pour le Tour.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et pour découvrir comment travaillent « Jéjé » (Jérôme) et « Cracotte » (Christophe), les mécanos de la bande, rien de tel qu’une démonstration réelle avec la dépose d’un moteur. C’est la « Charcutière » qui les occupe cette fois. Ouverture du capot, démontage des ailes et ils s’attaquent au moteur, qui a besoin d’une révision notamment sur la boîte de vitesse. En quelques minutes seulement, tout est réglé à coup de clés de 13, de dégrippant et de serrage de boulons. Impressionnant de rapidité ! Le remontage sera d’ailleurs tout aussi rapide, et l’auto paraît prête pour un été bien chargé !

Le Tour de France, c’est dans un mois

Le Tour de France débutera le 7 juillet 2018 à Noirmoutier-en-Île, longera toute la côte bretonne puis après un passage par Chartres remontera vers Roubaix. Ensuite, le parcours reprendra dans les Alpes après une liaison en avion, et se dirigera vers le Sud-Ouest en passant par Millau et Carcassonne. Après une deuxième liaison en avion entre Espelette et Paris, ce sera l’heure de la dernière étape, prévue le 29 juillet avec une arrivée sur les Champs-Elysées comme toujours.

On ne peut donc que vous conseiller si vous vous trouvez près d’une des étapes d’y faire un tour ! Et qui sait, vous aurez peut-être droit à un des 110 000 bobs collectors pour les 20 ans, ou bien à un saucisson parmi les dix tonnes distribuées sur le Tour ! Vous pourrez aussi retrouver le nouveau « bar à saucisson » dans les différentes villages-étape.

Galerie photo

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *