Essai Fiat 500 restylée : une semaine à l’italienne

Le 4 juillet dernier, la Fiat 500 se refaisait une beauté. Star des citadines et de la gamme Fiat, elle n’avait pas besoin d’un gros restylage… Preuve en est avec l’essai de la nouvelle génération.

De nuit, la signature lumineuse est assez jolie

La différence se fait sur quelques détails, comme cette signature lumineuse, très élégante de nuit.

Vendue à plus d’1,5 million d’exemplaires depuis 2007, la 500 a donc été revue et corrigée. En la voyant dans la rue, difficile de savoir de quelle génération elle est. Pourtant, la « phase 2 » adopte un nouveau regard, des pare-chocs redessinnés et intégrant plus de chrome, un nouveau volant, des feux arrière évidés en leur centre, et un écran tactile UConnect.

L'écran tactile UConnect

L’écran tactile UConnect s’intègre parfaitement à la planche de bord de la 500, grâce à son placement en hauteur

Ce dernier est bien intégré en hauteur, et palie au manque de l’ancienne génération. GPS, Bluetooth, Radio, et certaines applis comme Deezer ou Eco-Drive peuvent être gérées depuis le système multimédia. Le GPS TomTom est réactif, et marche plutôt bien. Il recalcule très rapidement le trajet en cas d’erreur de parcours, plutôt sympa quand on est perdu dans la jungle parisienne. Le tactile fonctionne bien, il n’est pas trop lent.

Au pied de la Dame de Fer, la 500 fait la belle

Au pied de la Dame de Fer, la 500 fait la belle

La planche de bord reste dans le même esprit, avec le rappel de la couleur carrosserie (ici Green Mint). Les sièges en cuir Poltrona Frau sont très confortables, et se marient bien au coloris de notre version, menthe et chocolat, qui rappelle une glace. Une couleur fraiche et estivale qui a fait tourner les têtes dans les rues de la capitale comme sur l’autoroute.

Les sièges en cuir Poltrona Frau sont très agréables

Les sièges en cuir Poltrona Frau sont très agréables

La ville est le terrain de jeu de cette 500, avec son gabarit contenu (3,57 mètres de long) et sa bonne maniabilité, mais un peu moins avec le moteur 0.9 TwinAir de 105, équipé d’un turbo. Celui-ci est un peu creux à basse vitesse, donc moins adapté que les autres moteurs 1.2l 69 ch et 0.9 TwinAir 85 ch. Le 105 chevaux est donc plus adapté pour la route et l’autoroute, où son turbo permet de dépasser très facilement un camion, sans rétrograder !

En mode Sport, le turbo apparaît à droite, et l'écran se teinte en rouge

Le mode Sport facilite les dépassements et rend la 500 très joueuse grâce à son turbo (mais attention à la consommation !)

Enfin, à l’intérieur, c’est une stricte 4 place, Fiat a choisi de privilégier 4 vraies places plutôt que 5 petites. L’espace est bon à l’arrière, mais le hayon très plongeant du coffre grignote de la hauteur, et les grands gabarits ne seront pas à l’aise derrière. Les enfants seront eux à l’aise, les places arrières étant assez larges. Quant au coffre, il fait 185 litres, et 550 litres banquette rabattue. Un peu juste !

Le coffre est un peu juste

Le coffre est un peu juste

La 500 nouvelle génération démarre à 12 490 € en finition Pop, et le prix de base de notre modèle d’essai Club était de 18 340 €. Avec les options, notre modèle d’essai atteint les 19 900 €. Pour la version cabriolet 500 C, comptez entre 14 490 € et 20 490 €, soit environ 2 000 € de plus que la berline.

Les + les -

Modèle essayé :

Au pied de la Dame de Fer, la 500 fait la belle

Fiat 500 finition Club 0.9 TwinAir 105 chevaux, avec Toit ouvrant Skydome (option à 450€ à partir de la finition Lounge) et sièges cuir Poltrona Frau (de série sur Club) 19 900 €

Ce diaporama nécessite JavaScript.

6 thoughts on “Essai Fiat 500 restylée : une semaine à l’italienne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *