Faraday Future va-t-il détrôner Tesla ?

C’est donc comme prévu que Faraday Future a présenté son premier SUV électrique à l’occasion du salon CES de Las Vegas. En dévoilant notamment une autonomie de 700 km pour une accélération de 2,39 s au 0 à 96,5 km/h, le constructeur américain a retenu l’attention du monde entier. Si bien que l’on pourrait se demander si la marque serait en course pour devenir le leader des technologies automobiles électriques.

En actionnant un bouton depuis son smartphone, un ingénieur de Faraday Future a laissé s’en aller le premier exemplaire du SUV électrique de la marque. En un clic, FF91 s’en est allé avec comme mission de trouver une place et de s’y garer. En duplex depuis la salle de congrès ou se déroulait la présentation à l’occasion du CES de Las Vegas, la presse internationale découvrait une fois de plus, les avancées fournies par les constructeurs sur les mobilités autonomes.

FF91 : le conquérant

Pour effectuer ses manœuvres, FF91, le premier modèle de route de la marque, embarquait un système LIDAR placé sous son capot, et se dotant à son bord, de pas moins de 30 capteurs. C’est en moins de deux minutes que le modèle du jeune constructeur américain a trouvé sa place de parking. Et en moins de 2 heures que celui-ci a démontré sa place de leader. Oui, démontré. Car depuis quelques mois (et nous vous en avions parlé il y a peu), Faraday Future postait des vidéos de son véhicule camouflé abattant plus rapidement des véhicules potentiellement concurrents. Ferrari 488 GTB, Bentley Bentayga et surtout Tesla Model X et Model S, toutes, la FF91 les a dépassé. De quoi donner les couleurs.

Rapide, longtemps

Dans le cadre de sa présentation officielle, Faraday Future a dévoilé des chiffres, tant attendus. Des données mystérieuses depuis le début. Et c’est aujourd’hui fait : Tesla connaît un adversaire supérieur à lui sur le point de vue des capacités. Pour faire bref, le SUV FF91 promet 2,39 s au 0 à 96,5 km/h et 700 km d’autonomie. Un caractère formé par un groupe motopropulseur de 1050 ch formé d’une batterie de 130 kWh garnit de cellules construites par LG Chem, son partenaire. Histoire de concrétiser les données, le constructeur a pris soin de mesurer l’autonomie par un cycle plus proche de la réalité et nommé EPA. Résultats publiés : 600 km. Pas mal, quand l’on sait que la recharge complète prendra moins d’une heure.

Plus de 30 capteurs présents sur la FF91 !

Ce pourquoi des doutes persistent

Selon les informations officielles révélées, le SUV arrivera en 2018. Soit dans deux années. Le temps pour eux, de tout simplement construire l’usine estimée à 1 milliard d’euros. En se situant à Las Vegas, cette dernière verra notamment le jour grâce au financement direct des prochains clients, souhaitant réserver leur modèle via le site internet du constructeur. Somme demandée : 5 000 dollars. Qui plus est, l’un des partenaires phare, LeEco (déjà en charge du modèle électrique d’Aston Martin) avait présenté à la presse ses difficultés financières rencontrées. Une faiblesse pour Faraday Future.

Dernier point, et non des moindres, ces jours précédant la présentation officielle du modèle, des dirigeants de l’entreprise ont annoncé leurs départ à la chaîne. Ainsi, Jörg Sommer, directeur marketing (ayant travaillé dans le groupe Volkswagen) ; William Ding, directeur général ou encore Marco Mattiacci (ayant travaillé pour la Scuderia Ferrari) ont tous préféré s’en aller ailleurs.

Si le concept FF91 a trouvé sa place, son constructeur, lui, navigue encore entre doutes et problèmes…


Via Faraday Future, laLibre.be
Photos : DR

One thought on “Faraday Future va-t-il détrôner Tesla ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *