La Saga Twingo

Mondial de l’Automobile 1992, Paris. Sur le stand Renault, c’est l’effervescence … Une toute petite voiture au design tout en rondeur, très inhabituel pour le début des années 90 encore très « carré ». La Twingo (contraction de Twist, Swing et Tango) impressionne, interpelle. Retour sur un mythe automobile moderne.

Qui ne se souvient pas de ces publicités colorées ?

Qui ne se souvient pas de ces publicités colorées ?

A son lancement en 1993, la Twingo est très minimaliste : 4 couleurs pimpantes, une seule ambiance intérieure (planche de bord grise, boutons verts et sièges tissus bigarrés). Elle est proposée à 54 000 francs, soit 8 232 euros.

topic-twingo-interieur-big

L’intérieur est très coloré (et peut recevoir un volant cuir bi-ton vert)

Et ce n’est pas cher payé pour l’innovation qu’elle apporte : sa modularité est impressionnante grâce à la banquette coulissante à l’arrière qui peut aussi se rabattre en un tour de main, ainsi que son mode « couchette » qui permet de transformer l’habitacle en vrai lit double. Et tout ça dans un format de poche, parfait pour une citadine.

topic-twingo-dingo-sumo-1-big

On peut véritablement dormir dans la Twingo première génération !

Son dessin fait aussi mouche, avec son capot dans la lignée du pare-brise qui fait penser à un monospace comme le Scénic qui sera lancé 3 ans plus tard. La Twingo sera d’ailleurs souvent qualifiée de « minispace ». Ses phares ronds font penser à une grenouille et lui donnent un air sympathique que beaucoup apprécient.

topic-twingo-dingo-3-big

Sa bouille fait craquer beaucoup de français dans les années 90

La Twingo de première génération sera un véritable succès, surtout en France. Elle sera produite à 2,4 millions d’exemplaire jusqu’en 2007, avec beaucoup de séries spéciales (Perrier, Benetton, Kiss Cool, Kenzo) et de restylages.

topic-twingo-twingo_1995_kenzo-big

La Kenzo, une des nombreuses série spéciales

La deuxième génération de Twingo arriva donc en 2007, beaucoup plus conventionnelle et (trop ?) sage. Malgré tout, elle garde ce côté pratique avec une banquette, ou deux sièges arrières indépendants qui peuvent coulisser et se rabattre très facilement. Le côté attachant de la première Twingo prend moins sur sa descendante, vendue à « seulement » 900 000 exemplaires jusqu’en 2014, date de commercialisation de la Twingo 3. Pourtant elle reste la citadine la plus vendue en France.

T2 phase 1

La Twingo 2 phase 1 (2007)

La Twingo 3 est présentée au Salon de Genève en 2014, 22 ans après son ainée. Elle renoue avec le fun et le côté attachant perdu par la deuxième génération, avec ses couleurs vives à l’extérieur comme à l’intérieur. Elle garde quelques touches d’originalité comme son inspiratrice, avec par exemple un moteur arrière grâce au partenariat avec Smart. Cette particularité fait perdre à la Twingo sa modularité exceptionnelle puisque les sièges arrières deviennent fixes, mais elle peut quasiment tourner sur elle-même grâce à son rayon de braquage impressionnant.

Renault_Twingo_3_2014_011

La Twingo 3 (2014), ici en finition Edition One

Nous espérons que cette troisième génération de Twingo saura convaincre autant de conducteurs que la première voire plus !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.