Le marché du pneumatique touché par la contrefaçon

Le dernier rapport publié par l’EUIPO a mesuré la place des contrefaçons sur le marché des pneus et des batteries automobile. Selon cet observatoire européen luttant contre les atteintes au droit de propriété individuelle, 7,6% du volume total des ventes partiraient au bénéfice de faux produits. La France est parmi le pays européen le plus touché.

Un même prix contre une performance en net recul : celle de votre adhérence au sol. Lorsque vous êtes au volant de votre voiture, il est toujours important de rappeler que seul vos pneumatiques sont en contact avec la route. Pourtant, cet équipement majeur à notre sécurité est aussi l’un de ceux étant les plus touchés par la contrefaçon. Il s’agit d’un véritable fléau économique, forcément. Mais possède donc aussi de lourdes conséquences pour la sécurité routière. Et malheureusement, le dernier rapport publié par l’EUIPO vient constater et pointer du doigt une présence jugée importante de ces faux produits en Europe. L’aspect économique étant qu’il fût mesuré par l’Observatoire que 2,2 milliards d’euros des ventes de pneumatiques sont parties dans la contrefaçon. Une part de marché ramenée à 7,5% du total des ventes du secteur. Un capital en moins pour les marques, mais aussi par conséquence une suppression d’emploi mesurée à 8.400 postes au sein de l’Union européenne (UE).

L’Hexagone, sur le haut du podium avec de lourdes conséquences

La France est le second plus grand producteur de pneumatique au sein de l’UE. Pour l’Union Des Fabricants (Unifab) – une association de lutte anti-contrefaçon – la réaction à ce dernier rapport de l’Observatoire, à été la mise en garde quant à la place trop importante de la contrefaçon en France. En effet, au sein de l’Hexagone, la présence de faux modèles de pneumatiques nous place en première position des pays les plus touchés. Les conséquences sur l’emploi auraient engendrées la suppression de 1.673 postes, contre 1.340 en Allemagne et 1.014 en Espagne, les deux pays complétant le podium. Plus important encore, le chiffre peut être accentué à 3.086 emplois si l’on élargi les conséquences du marché des pneumatiques aux pertes d’emplois directs dans chaque industrie touchée. Cela étant dû par les 411 millions d’euros de produits perdus chaque année, un chiffre qui ajoute à son calcul un autre marché de contrefaçon touchant le secteur automobile : celui des batteries.

Les batteries, deuxième marché visé

Le secteur de l’automobile n’est en effet pas uniquement touché par la contrefaçon de pneumatiques. Bien que celle-ci soit très importante, il existe aussi de lourdes conséquences pour le secteur suite à la vente de fausses batteries. Selon l’EUIPO, rien qu’en France, 360.000 modèles de contrefaçons auraient été recensés, soit près de 180 millions d’euros de perte annuelle.

Un déficit pour les recettes publiques

Le rapport, publié à la mi-février, ne semble pas avoir encore reçu de répercutions au niveau des gouvernements européens. Si la commercialisation de ces pneumatiques se réalise majoritairement sur des sites internet, nul doute que le volume bien trop important doit alerter. D’ailleurs, les conséquences pour les recettes publiques sont tout aussi importantes indique le site Boursier.com, dont la perte, « du point de vue des taxes étudiées, s’élève à 340 millions d’euros ».


Via EUIPO, Unifab, Boursier.com

Illustration Akiragiulia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.