Mini : l’impression 3D pour personnaliser ses modèles

En 2018, Mini se lance dans l’impression 3D dans le cadre d’un nouveau service de personnification des pièces auto pour sa gamme de véhicules. Avec ce système de customisation, la marque compte attirer de nouveaux clients en leur proposant de rendre plus personnelle leur auto.

L’impression 3D est à l’heure actuelle en train de révolutionner le marché de la pièce auto. Que ce soit pour la restauration d’anciens véhicules ou la conception de pièces aux formes plus libres, l’impression 3D a débloqué les limites des prix et des possibilités. En saisissant cette opportunité, Mini poursuit sa conception de la voiture fun, personnalisée. Après le drapeau britannique sur le toit qui permettait de reconnaître facilement la marque, cette dernière se lance aujourd’hui dans l’impression 3D pour produire des pièces auto personnalisées et propres aux clients.

Mini floquée

Comme avec les maillots de sport, le champ des possibilités de personnalisation de la gamme Mini s’accaparera en 2018 d’un moyen d’inscrire son nom directement sur la carrosserie de sa voiture. Les emplacements sont multiples : que ce soit sur les ailes à côté des rappels de clignotants, sur le tableau de bord côté passager, les seuils de portes voire aussi sur l’éclairage d’accueil sur le sol en ouvrant les portières.

A noter que pour concevoir ses pièces personnalisées, il faudra accéder à une interface sur internet, permettant de commander les pièces. Mini précise qu’en cas de revente du modèle, les pièces personnalisées peuvent être amovibles.

Imprimante 3D : le futur de la pièce auto ?

Nous avions pu sortir un article réflexion en juillet 2017, sur la révolution que pouvait apporter l’arrivée de l’impression 3D sur le marché de la production automobile. Ce dernier est disponible en cliquant ici, et reprend notamment les principales questions qui prêtent à débat sur cette méthode de conception, ainsi que sur les aspects juridiques et technologiques.


Via Mini