Pour A. Merkel, le diesel a toujours été respectueux de l’environnement

Lors d’un meeting datant du 23 mars 2017, Angela Merkel s’est vue prendre partie du diesel suite aux affaires qu’encoure actuellement le Groupe Volkswagen. Dans une période où les villes allemandes conçoivent de plus en plus l’interdiction du diesel, la Chancelière a pris la défense du carburant.

Serait-ce un moyen pour préserver le marché – encore important – de la motorisation au sein des différents constructeur du pays ? Lors de son oral en face des 4.000 personnes dans la province de la Sarre, Angela Merkel a défendu rudement le diesel, avec des arguments souvent discutables. Situé dans la ville de Saint Wendel où se déroulait notamment les élections test du dimanche 26 mars 2017, la politicienne a abordé le point de la protection du climat en indiquant que la « voiture diesel est aussi bonne aujourd’hui qu’elle l’était hier et avant-hier ».

En lutte contre le gaz carbonique, et rien d’autre

En approchant des 15 années de pouvoir, l’actuelle Chancelière allemande continue de lutter contre les émissions de CO2, contribuant notamment à l’augmentation de gaz à effet de serre. Mais au sujet des moteurs diesel, son gouvernement a toujours pris la décision de soutenir sa commercialisation, bien que de plus en plus de ville se penchent actuellement sur la question quant à son interdiction.

Dans son discours au sujet de l’affaire de dieselgate et des partis concurrents en lice pour le pouvoir, Merkel a soutenu l’idée qu’il est « perfide de la part des Verts et d’une partie des sociaux-démocrates (SPD) de faire comme si – parce qu’une entreprise n’a pas respectée les règles – tout ce qu’on a dit aux gens étaient faux ».

Pour en revenir à la première déclaration de la Chancelière, différents spécialistes et médias allemands ont très vite réagi aux propos exprimant que les véhicules diesels seraient identiques en terme d’impact écologique. De plus, ses propos auraient comme idée que qu’au passage, tous les blocs fonctionnant au gazole seraient propre pour l’environnement. Si les arguments tiennent la route sur le critère des rejets de CO2, il en est tout autre pour les émissions de particules fines, notamment dangereuses pour la santé publique.

Sur ce graphique, nous apprenons par exemple qu’un bloc diesel rejette tout de même des émissions de CO2

Les technologies diesels ont évolué ces dernières années

En défendant le cas de Volkswagen, Angela Merkel aurait oublié de se rappeler que les normes environnementales se sont rigidifiées au fil des années, et que de ce fait, de nombreux facteurs sont rentrés en jeu dans la lutte contre les émissions de particules fines. Très brièvement, nous pourrions déjà noter que les constructeurs ont – force est de constater – rétréci leurs cylindrées sur leurs blocs 4 cylindres. De plus, il existe de moins en moins de bloc V6 gazole, comme nous pouvions en trouver sur de nombreux véhicules allemands tels que les SUV. Aujourd’hui aussi, un nouvel équipement a fait son apparition chez les marques : l’Ad-blue. Cet additif composé de 32,5% d’urée permet – une fois mélangé aux rejets des combustions – de transformer 85% des polluants (oxydes d’azote appelé NOx) en vapeur d’eau et azote inoffensif.

Les évolutions des technologies accentuent la baisse des rejets de particules fines comme nous pouvons le voir sur ce graphique de l’Agence de l’Environnement et De la Maîtrise de l’Energie

Le mot de l’expert

En interrogeant un journaliste du site lié à la santé www.sd-hc.gc.ca, la réponse a tout autant été formelle : « les émissions des moteurs diesel varient beaucoup en fonction du type, de l’âge et de la condition du moteur, de la manière dont il est utilisé ainsi que de la formulation du carburant ».


Avec l’ADEME, via Frankfurter Allgemeine Zeitung et le CCFA
Photos Pixabay

One thought on “Pour A. Merkel, le diesel a toujours été respectueux de l’environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.