Sécurité routière : des ralentisseurs intelligents se développent au Mexique

Quoi de plus désagréable que de rouler dans une agglomération semée de dos d’âne à chaque coin de rue ? D’autant plus qu’en octobre 2013, une enquête menée par Auto Plus avait montré du doigt qu’un tier des ralentisseurs en France ne respectaient pas les normes fixées. Nuisibles pour les amortisseurs mais pourtant indispensables pour la sécurité, le débat sur les dos-d’âne est souvent relancé. Au Mexique, on semble avoir trouvé la solution.

Cette installation efficace pour faire ralentir les véhicules n’est pourtant pas de tout repos pour les voitures et ses passagers. Si en France de nouveaux modèles se développent sur le territoire – tout aussi efficaces mais en faisant en sorte que nos amortisseurs ne soient pas trop violentés – c’est au Mexique que la solution est la plus révolutionnaire. Explications en vidéo.

Sécurité et préservation des équipements

En lançant ces installations, le Mexique pense à tous les types de conducteurs. En effet, si les chauffards seront toujours ralentis ou bien secoués de plein fouet par le relief du dos-d’âne, les conducteurs plus prudent et respectant les limitations ne sentiront pas le dispositif. Pour expliquer le fonctionnement de la technologie, un radar contrôle les vitesses des véhicules pour ensuite les faire connaître au ralentisseur. Ensuite, ce dernier tranche : si la voiture est au dessus de la vitesse limite autorisée, alors ce dernier s’active. Sinon, le mécanisme reste désactivé et la chaussée reste plane, sans relief. Un coup de génie, d’autant plus que ce dernier ne fait que reprendre la technique de nos feux tricolores, passant au rouge si les véhicules sont au dessus de la limite de vitesse en arrivant à ses abords.

Un frein pour son développement : ses tarifs

Connaissant un certain buzz sur le web, cette vidéo des ralentisseurs installés au Mexique risque tout de même de ne pas se développer si rapidement partout dans le monde, France y comprise. Demandant une installation mécanique composée certainement de vérins hydrauliques, le coût devrait très vite s’envoler à grande échelle de commande.

Au sein de l’hexagone, on semble avoir trouvé une solution alternative. De plus en plus, des modèles moins spacieux que la largeur de nos véhicules permettent de faire passer les voitures – seulement à basse vitesse – sur les deux côtés du ralentisseur. Un dispositif beaucoup moins cher, mais partant sur le même principe que ceux installés outre-Atlantique. En espérant que les anciens dos-d’âne soient rapidement remplacés !

Comment savoir si mon dos-d’âne est conforme ?

Rien de plus simple pour connaître si un ralentisseur près de chez vous est illégal ou non. Il vous suffira de vous équiper d’un niveau et d’une réglette. Mesurez ensuite la hauteur maximale du dos-d’âne, en comparant si celle-ci dépasse le plancher maximal de 10 cm (en sachant que la marge de tolérance est de 1 cm). Ensuite, vérifiez qu’il ne soit pas installé dans une voie en pente, dans un virage ou bien sur une route desservie par les transports publics.

Vous êtes surpris que votre ralentisseur inspecté soit non-conforme ? C’est normal, peu de communes semblent avoir consulté le décret de 1994 installant ces normes… D’autant plus que sur le point de la saillie d’attaque (la pente du dos-d’âne), la norme voudrait que cette dernière ne dépasse pas les 5 mm. En réalité, certains dépassent les 30 mm, soit six fois plus.


Via Cyberneticos (Youtube) et Enquête Auto Plus