L’hybridation, une histoire de retard chez les supercars

En 2022 Lamborghini sortira une nouvelle génération de sa supercar remplaçant la Gallardo et appelée Huracan. Si la seconde version du modèle arrivera assez tard, ce sera en partie dû au fait que cette dernière recevra une technologie hybride. Après le SUV Urus, ce sera donc la première supercar de la marque a franchir le pas. Une petite révolution, chez un constructeur voulant conserver ses traditions.

On aurait pu voir le constructeur de Sant’Agata Bolognese comme un conservateur. Dans une prise de parole récente, le directeur commercial de Lamborghini – Federico Foschini – avait en effet déclaré que la prochaine génération de bloc V12 de la marque resterait une fois encore atmosphérique. Un type de moteur en voie d’extinction, remplacé par des blocs turbocompressés, afin de réduire les consommations et l’impact carbone. Chez Lamborghini, on a lutté contre cette tendance au downsizing, et à tout autre ajout de turbo voire de bloc électrique. Mais ça, c’était ce qu’on pouvait se dire jusqu’à aujourd’hui. Date à laquelle le Président-Directeur Général de la firme au taureau a annoncé l’hybridation prochaine de l’Huracan, la supercar actuellement équipée d’un V10 5,2L de 610 ch, soit autant que l’Audi R8 V10 Plus.

En 2014, le concept Astérion hybride et ses 910 ch

Ce sera donc en 2022 que Lamborghini mettra en place un moteur hybride dans une supercar de série, si l’on en suit les propos recueillis par le média britannique Autocar dans une interview accordée par le PDG du constructeur où ce dernier a indiqué que “la prochaine Huracán aura besoin d’hybridation”. Si la date semble assez lointaine, il n’y aurait aucune surprise à voir arriver sur le modèle le même groupe motopropulseur que celui présenté sur le concept-car appelé Astérion, et dévoilé au Mondial de l’auto de Paris en 2014. Ce dernier reprenait d’ailleurs le bloc V10 5,2 l de 610 ch, auquel il s’était emparé en plus de trois blocs électrique de 100 ch chacun. Placés à l’avant du véhicule, ces derniers représentés selon la marque à une autonomie en tout électrique de 50 km ainsi qu’une vitesse de pointe de 125 km/h. Une fois cumulés avec le bloc essence, la puissance totale s’échelonnait à 910 ch, pour un couple de 560 Nm sous une transmission intégrale.

Les supercars : un marché croissant, mais traditionnel

En juillet dernier, les chiffre publiés par JATO Dynamics et LMC Automotive montré que le marché des supercars en Europe était en pleine forme, tant sa croissance était importante. En effet entre 2015 et 2016, c’est 23% de plus d’immatriculations qui avaient été recensées, alors que ces mêmes organismes annonçaient jusqu’à 13 000 ventes sur 2017, soit encore une augmentation de 30%. Toutefois, le marché reste dans sa majeure partie proposée uniquement en 100% thermique, avec comme supercar la plus prisée la Ferrari 488 et son bloc V8 turbocompressé.

C’est pourquoi Lamborghini n’est pas tellement décalée que ça en terme de point de vue sur le marché. Si 2022 reste assez tardif, d’autant plus que les taxations sur les modèles polluants sont de plus en plus sévères, l’hybridation de sa première supercar devrait arriver au moment où le marché fera sa transition. Dans son interview au micro d’Autocar, le PDG ajoutait d’ailleurs que “l’hybridation est une solution pour nous, mais pas le tout électrique. […] Il y a encore beaucoup de potentiel pour le V12. La bonne approche pour nous est d’avoir un V10 et un V12 pour convenir à nos clients et être prêt à passer à une déclinaison hybride au bon moment.” Selon un site de petites annonces de voitures de prestige, la demande client possède un décalage important avec d’autres marché, tel que celui des SUV et berlines. Bien que certains constructeurs aient proposé un jour des modèles hybrides (Ferrari LaFerrari, Porsche 918 Spyder…), elles ont dans leur ensemble uniquement été produites à des séries limitées, nous évoque l’un des responsables du site, ajoutant qu’il n’y a qu’à voir à trouver une supercar sur Annonce-privee.com n’étant pas 100% thermique. Le marché des supercars demandant surtout des blocs thermique. Un paradoxe, tant la recherche et l’innovation passe en général, d’abord par des produits sportifs, avant d’être démocratisé dans les voitures plus populaires. Le monde des supercars pourrait au final être plus conservateur qu’il n’en a l’air…


Via Autocar, Lamborghini, JATO Dynamics, LMC Automotive

Illustration : plateau Lamborghini au Mondial de Paris 2014